Le poulpe et la gravité : de quelques fondations

poulpe

Les deux dernières séances avaient pour moi quelque chose d’exceptionnel. Comme je n’ai guère le temps, avec une chaudière en panne et des copies en masse à corriger pour vendredi, je ne donnerai ici que quelques pistes éminemment mystérieuses. Elles parleront peut-être aux pratiquants qui étaient présents, mais sans doute aussi à d’autres, qui ont ressenti cet essentiel au cœur de toutes les techniques de pacification que propose l’aïkido.

  1. La bougie fond, mais la flamme monte : gravité, et antigravité, gravitation et lévitation ; les deux simultanément…
  2. La légèreté du haut du corps (buste, bras…) n’empêche pas le bas du corps d’être relié au centre de la Terre dans la sensation de « masse pesante »…
  3. L’ancrage est alors non pas celui de l’arbre profondément enraciné, mais plutôt celui, précisément, d’un lourd tampon encreur, d’un presse papier, mais qui serait plutôt sphérique que plat : la sensation d’être un ballon de baudruche rempli d’eau, lequel est à la fois en bonne adhérence avec le sol et la terre, mais aussi mobile et encore capable de « rouler ». L’ancrage du serpent qui rampe…?
  4. Le poulpe n’a pas de forme, mais chacun de ses bras est intelligent (en effet, à la base de chaque bras du poulpe se trouve un petit cerveau, qui envoie des commandes motrices fines, tandis que le cerveau central du poulpe n’envoie que des « intentions »)…
  5. L’autre vient, puis on s’unit à lui. On bouge notre propre corps, et, ce faisant, on bouge l’autre (mais il est alors inutile de chercher à le faire bouger). Puis on se désunit de lui. Les étapes sont donc : 1) distinction ; 2) com-munion ; 3) désunion…
  6. On reste collé à l’autre « comme un morceau de scotch », guère plus pesant, mais tout aussi tenace (et si léger). Où qu’il aille, le morceau de scotch reste collé à lui. Faille, faiblesse, micro-déséquilibre… ? Et le morceau de scotch – qui perçoit tout – devient tout à coup si pesant, qu’il entraîne sa proie au fond des eaux… Mais lui vole alors au vent…
  7. Quand le vent pousse un bras de la girouette, l’autre revient mécaniquement comme un boomerang…
  8. L’autre vient, il attaque, et la première chose, c’est qu’on est prêt à mourir. Il entre alors en nous, mais il ouvre ce faisant un abîme, et alors nous entrons en lui, plus central en lui qu’il n’était entré en nous. Nous devenons un instant marionnettiste, et lui marionnette. Nous avons « enfilé » en lui notre axe vertical ; si nous tournons, il tourne ; si nous descendons notre centre de gravité, il descend avec nous, tout entier. Nous en faisons ce que nous voulons. Cela ne demande pas plus d’effort que de déplacer notre propre corps.
  9. Autrement dit : j’entre en toi à l’instant où tu entre en moi. « Aï » ! Non seulement du corps, mais du « ki ». « Aï » des « ki ». La rencontre des énergies, la fusion, l’union, la communion, sans plus de distinction durant un instant ; sinon qu’il y a un centre qui commande, un seul, et il est bienveillant. Essence du « do ».
  10. Les démonstrations techniques et les « poses » corporelles, pour faire le beau, n’ont rien à voir avec la voie de l’aïkido, ni avec ses principes énergétiques ou  biomécaniques. On peut faire gymnique et beau, on peut danser tout ça, et c’est super, c’est démonstratif. Mais l’art pacifique n’est pas démonstratif. Le principe invisible est de s’abolir soi-même pour devenir, un instant, le corps-esprit de l’autre. Non l’instant de la victoire, mais celui de la préservation de la vie, en lui, en nous, pour tous.
  11. Quand l’autre attaque, nous, on s’endort ; et il s’endort avec nous. Et là, on se réveille! (On ne dormait pas vraiment, – que d’un œil.)

Comprenne qui pourra.

Limpide après trente ans de pratique. Ou plus.

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s