Un art de la paix

images

L’aïkido est un art de la paix. L’aïkido est un art de la paix. De la paix. De la paix. La paix.

En latin, la « pax » était la tranquillité, le repos… après la guerre ! Puis, au Xe siècle, le mot a signifié la concorde, la tranquillité qui règne dans les rapports entre deux ou plusieurs personnes ; le rapport calme entre concitoyens, l’absence de troubles, de violence.

Disons-le : si l’aïkido ne contribue pas à la paix sociale, il ne sert pas à grand chose.

Et l’efficacité martiale ? Ne pratiquons-nous par un « art martial » pour être à même de nous défendre des éventuelles agressions ?

Et le développement personnel ? Ne pratiquons-nous pas aussi l’aïkido pour nous sentir mieux dans notre corps, mieux dans le monde, plus équilibré à tous égards ?

C’est vrai, on peut pratiquer pour soi, dans une optique limitée à notre personne. Et c’est le plus souvent le cas. On peut aussi le pratiquer pour servir un groupe, comme une fédération, par exemple. Cela se trouve aussi souvent, à partir d’un certain grade. On peut y trouver un bénéfice personnel, la satisfaction de se fondre dans un ensemble bien hiérarchisé, parfois un peu de gloire, éphémère.

On peut pratiquer et se sentir relié à quelque chose de l’ordre du sacré, voire du divin, à une forme de transcendance. Certains états d’énergie peuvent nous donner cette impression ; qui est, peut-être, une réalité. Rappelons-nous que l’aïkido émerge d’un terreau tout de même fortement mystique, d’une part inspiré par le bouddhisme Shingon, une branche ésotérique du bouddhisme, et d’autre part par la « religion (ou la spiritualité) des kamis » (le Shintoïsme, comme on l’appelle en Occident).

Situé entre toutes ces dimensions de la pratique, plus ou moins individualiste, plus ou moins collectiviste, plus ou moins officielle et « administrative », plus ou moins religieuse ou spirituelle sinon mystique, il y a une utilité pratique, sociale, qui relève du bon sens psychosomatique dans un monde troublé, agité, inquiet, terrorisé (et j’évoque bien ici le terrorisme qui frappe le monde urbain). Cette utilité consiste à pratiquer l’aïkido pour favoriser la paix sociale. L’aïkido est un moyen d’accroître la paix sociale. Il accueille, il dérive, canalise, neutralise, apaise. Son principe peut être étendu à l’usage du corps dans la vie sociale, à l’usage de la parole, au verbal comme au non verbal.

Comme c’est facile à écrire ! Car comment faire passer dans la vie « de tous les jours » ce qui est éprouvé au dojo ? Comment l’amélioration somatique et morale ressentie peut-elle perdurer, résonner, nourrir cette vie quotidienne ? Pourquoi les forces mauvaises, les « énergies négatives » de notre vie professionnelle, par exemple, nous tiennent-elles aussi puissamment dans leurs griffes ? Pourquoi notre état moral est-il si fragile ? Comment marcher dans la vie comme un chevalier sans peur et paisible ?

C’est toute la question. L’enjeu. Trouver la voie par laquelle une amélioration locale (ici, au dojo) peut faire tache d’huile et imbiber positivement les autres facettes de notre personne, les autres « moi » sociaux. Comment faire pour que l’apaisement devienne un phénomène centrale et permanent de notre être, et pas un phénomène ponctuel et périphérique ?

Le monde est notre dojo ; le dojo est comme le monde.

Le monde est le lieu de la voie, de l’amélioration de soi et de tous, le lieu de l’exercice de la paix.

Le dojo est la métaphore, concrète (c’est un lieu bien réel), du monde entier. Et l’aïkido est la métaphore concrète (c’est une pratique bien réelle) de l’expérience des obstacles du monde.

L’aïkido au dojo est un miroir, simplifié, du monde réel. On y éprouve l’opposition. Et on y découvre comment ne pas répondre à l’opposition par plus d’opposition, mais par la dérivation.

Offrir un peu de lumière, dissoudre les ombres, d’un geste simple.

 

 

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s