Le grand résonnateur

cloches

Je voudrais garder trace d’une sensation, cette fois plus agréable que mes réveils en sueur de la dernière nuit : j’ai vibré comme une cloche. Oui, amusant. J’étais allongé, il devait être quatre ou cinq heures du matin, dans un état de demi-sommeil. Mon corps a été traversé par une onde ; j’ai été saisi par la sensation d’être dans une cloche, dans un grand résonateur ; ou d’être une cloche moi-même, comme une cloche de cathédrale, immense, puissante, vibrante, la cloche qui fait résonner tout l’édifice et dont l’onde se diffuse dans la ville entière. J’ai reconnu cette sensation comme fondamentale, comme un exercice essentiel à développer. Pour être UN, il faut apprendre à vibrer : mettre les cellules du corps à l’unisson, l’environnement physique à l’unisson, et ainsi, telle dans une toile sonore, vibrer à une fréquence générique qui intègre toutes les autres fréquences. Devenir une onde fondamentale. A cette fréquence vibratoire de son être, on parvient à entrer en contact avec la vibration fondamentale de n’importe qui, de n’importe quoi. Il m’est venu à l’esprit, toujours allongé, que c’était là la technique martiale ultime, dans l’esprit d’un art pacifique comme l’aïkido. On génère une onde porteuse qui permet de canaliser l’énergie, l’intention, l’être d’autrui. On entre en contact direct avec son centre vibratoire. Son centre vibratoire perçoit que l’on vibre soi-même à une fréquence encore plus fondamentale : la fréquence générique englobante. Éprouver cela, c’est comme d’être dans son foyer, dans sa maison spirituelle, son vrai lieu de vie. C’est se laisser porter par l’onde initiale originelle. Je n’ai pas eu, cependant, la sensation d’être en vibration avec le cosmos ou l’univers. C’était une sensation vibratoire terrestre. Mais elle englobait, dans sa résonance, la totalité du réel terrestre, les êtres animés comme les êtres non animés. Ce que je peux dire encore, c’est que la caractéristique de cette fréquence vibratoire était de n’être ni trop lente, ni trop rapide : elle était assez rapide, mais pas au point que je ne puisse en ressentir la succession des hauts et des bas de la sinusoïde. En effet, il me semble qu’il s’agissait d’une onde sinusoïdale, acoustiquement « pure ». Elle pouvait s’ajuster, s’accorder, se modifier et prendre, à partir de là, l’aspect d’autres formes d’ondes. Elle pouvait sans doute être composée, « complexe ». Je n’en peux dire plus. L’image qui demeure est celle d’une grande cloche d’airain (cuivre et étain), que frappe un battant interne ou externe. La vibration produite englobe et intègre tout ; elle traverse tout le réel ; elle connaît tout à l’instant qu’elle vibre. Expérience de l’unité par l’unisson.

Complément : définitions utiles de « résonateur » :

  • Corps capable de vibrer et d’entrer en résonance.
  • Dispositif constitué par une cavité ouverte sur l’extérieur qui présente une résonance prédominante à une fréquence déterminée.
  • Système qui possède une ou plusieurs fréquences propres et qui peut, de ce fait, entrer en résonance.
  • Dispositif pouvant osciller avec une période très stable, ce qui permet son utilisation comme base de temps dans les appareils horaires. (Voilà qui est intéressant : la fréquence fondamentale peut s’accorder à n’importe quelle temporalité. En art martial, elle permet d’entrer en contact sensible avec le rythme interne d’une autre personne et d’en percevoir les variations.)

 

Publicités

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

One Response to Le grand résonnateur

  1. j dit :

    A Montbéliard, il y a un jardin dans lequel a été dressé un bloc de pierre de taille humaine. Au niveau de la tête, une cavité a été creusé et un petit écriteau nous invite à mettre la tete dedans et à chercher notre fréquence de résonance propre. L’effet est assez impressionnant (quand on trouve cette fréquence, d’un coup, on se retrouve remplit de son, à vibrer dans tous les sens).

    L’écriteau, si je me rappelle bien, décrit cette expérience comme une expérience mystique assez classique des temps primitifs (attestée par la découverte d’un grand nombre de ces cavités) mais je n’arrive pas à remettre la main sur nom qui lui était donné. La cavité se trouve aux megalithes du parc du prés de la rose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s