Stage Léo Tamaki à Dijon : 30 nov. – 1er déc. 2013

aikido stage Tamaki Dijon 30 nov 2013Merci au club dijonnais pour son accueil chaleureux,  les pots et le buffet final dimanche midi ! Mais ce n’est pas tout ce qu’il nous reste de ce stage, bien sûr.
Michel Desroches, 6ème dan d’aïkido et conseiller technique national a invité Léo Tamaki parce que c’est « un homme de budo », comme il l’a dit samedi après-midi 30 novembre en début de séance. Louons cet esprit d’ouverture où se retrouvent les hommes de bonne volonté. Cet esprit sait reconnaître la valeur des uns et des autres au delà de leurs appartenances respectives. Michel a été un élève direct d’André Nocquet, son expérience est sure et sa parole posée. Léo Tamaki, dont la jeunesse dans l’art puise sa richesse à des sources variées, révèle à chaque stage que l’aïkido est une quête qui se poursuit. L’amitié dans le budo entre l’expérience d’un ancien et l’enthousiasme d’un jeune maître possède une saveur que nous aimerions goûter plus souvent. Il va de soi qu’une telle saveur n’a de chance de se manifester qu’à la faveur d’ego qui ont acquis un subtil sens de l’humour.
De ce stage et des enseignements de Léo, je ne donnerai que quelques linéaments techniques. Ils ne résultent que de mon observation et de mon interprétation personnelles. A chacun d’y lire ce qu’il voudra et de pratiquer ce qu’il pourra, suivant son expérience :

  • le poids reste en bas;
  • le poids reste entre les jambes, et autant que possible jamais sur un pied ou sur l’autre (si des muscles ou des tendons se contractent, même légèrement, c’est que l’on s’appuie sur un pied, une jambe);
  • le mouvement ne doit pas être vu de l’autre, et particulièrement le mouvement qui donne – ou pourrait donner lieu – à un atemi;
  • le mouvement se réalise dans le même temps que l’attaque;
  • les roulades se font sur place autant que possible;
  • on ne ne tire ni ne pousse l’autre : on s’y colle et on l’enveloppe de manière insensible (« effet scotch » ou « effet sparadrap », comme je le nomme);
  • on se glisse à côté de l’autre, on est furtif;
  • la force centripète (donc celle qui tombe dans la gravité, vers le point central de la situation commune) réalise l’essentiel du mouvement, et la force centrifuge fort peu;
  • il ne doit pas demeurer d’interstice où l’autre pourrait se mouvoir pour revenir;
  • il s’agit toujours de prendre le centre de gravité de l’autre, de le déséquilibrer légèrement pour pouvoir le guider (sans quoi le guider est impossible, à moins que le partenaire ne soit conciliant, ce qui est une forme de travail à deux);
  • les mouvements efficaces ne sont jamais longs (en temps comme en espace);
  • tout le corps bouge (à partir des hanches), pas seulement une partie du corps;
  • irimi consiste à pénétrer dans la sphère de l’autre pour prendre son centre de gravité tout en y posant son centre à soi, qui devient le centre de la situation pour les deux (rien de neuf, mais c’est bon de le rappeler);
  • on n’engage jamais totalement sa puissance dans un geste, ni ne fige son attention dans un geste, sans quoi on risque de s’immobiliser ne serait-ce qu’une fraction de seconde, qui peut être fatale : on reste donc fluide et vigilant dans le mouvement, – car on ne sait jamais si c’est fini (ceci pose la question de la fin des techniques d’aïkido: Quand est-ce fini ? – Jamais);
  • les articulations ne sont jamais contractées ni bloquées;
  • on travaille avec les muscles profonds, ceux qui sont près de la colonne vertébrale, avant de travailler (éventuellement) avec les muscles plus périphériques;
  • l’aïkido de O Senseï est bienveillant, il s’agit de se préserver et de préserver l’autre, pas de s’imposer à lui pour le dominer.

Merci à Michel d’avoir invité Léo, et bon travail à tous !

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s