4 séances d’aïkido à Strasbourg

Un samouraï de bonne tenue

La cathédrale de StrasbourgDurant mes vacances d’hiver à Strasbourg, j’ai eu le plaisir de pratiquer avec mon filleul, Léo-Paul, et son père, Michel, au dojo de « l’espace des 7 arpents », à Souffelweyersheim (sou-feul-wayeurs-haïm).

Les deux premières séances ont été conduites par Michel, à la demande de Fabienne, l’enseignante du club, en son absence. Les deux séances suivantes ont été conduites par Fabienne Gerling Mathurin en personne.

Comme je manque un peu de temps, je vais indiquer brièvement quelques éléments que je souhaite garder en mémoire : tout d’abord quelques exercices préliminaires pour préparer aux roulades, puis au sens de l’irimi/tenkan ; ensuite, quelques points techniques.

Voici des exercices pédagogiques pour préparer aux roulades d’une part, et intégrer le sens de l’irimi/tenkan d’autre part :

  • à genoux face à face, un genoux levé l’autre en terre, on pousse l’autre du plat de la main pour lui faire faire la roulade arrière,
  • debout saisie aihanmi : plonger la main comme pour sumi otoshi ; uke roule en arrière,
  • exercice d’irimi / tenkan en même temps, on démarre en position de garde face à l’autre : soit (en aihanmi)  passer en face à face, soit passer en dos à dos ; soit (en gyaku hanmi) l’un passe en face et l’autre passe dos (puis on change les rôles).

A présent, des points techniques que nous pouvons préciser :

  • un ajustement dans la position du bras, main de uke vers le bas au moment de l’arm lock dans ude kime nage ; l’arm lock a été réalisé d’ailleurs plutôt au niveau de l’aisselle que sur le coude,
  • une manière particulière de prendre la main en sankyo : après la coupe ikkyo, la main de uke arrive sur la cuisse de tori ; il prend les doigts ou le tranchant de uke avec la main déjà positionnée sur le poignet, l’autre main gardant le contrôle du coude ; lorsque la main du coude se déplace pour compléter le contrôle en sankyo, uke peut se relever, donc on l’accompagne, éventuellement par une rotation de l’axe vertébral ; et l’on finit avec atemi visage puis au sol,
  • sur yokomen uchi kote gaeshi : irimi, tenkan, avec atemi au passage ; couper par dessus le poignet ;  prendre kote avec un petit pas d’irimi, puis tenkan naturel de replacement de jambe en même temps qu’on applique la technique sur le poignet (rien de spécial, sauf que le mouvement global est très tournant, avec un premier « grand » irimi/tenka, suivi d’un deuxième, intérieur, plus « petit ».),
  • sur yokomen uchi, on entre en coupant saignée du coude, 2ème main en atemi possible, uke tourne les hanches et roule (pour les débutants, uke se met à genoux et prépare sa roulade, il regarde tori pour orienter son corps pour la roulade).

Que dire de plus ? Convivialité et bonne humeur. On se sent partout chez soi, en aïkido !

Merci à Fabienne, Michel, Léo-Paul et tou(te)s les pratiquant(e)s présent(e)s pour leur accueil.

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s