De l’usage des masses liquides

Eau en vibration

Cet article correspond à un mail envoyé en réponse à un ami pratiquant d’aïkido :

Salut E***,

Merci pour le lien (http://www.wat.tv/video/yayama-mathias-golshani-barcelone-31wjn_2ilv7_.html)

Le docteur Yayama d’un côté et maître Akuzawa de l’autre (avec l’aunkaï, – voir le précédent article) confirment la tendance actuelle des japonais à diffuser leur perception du chi-kung (qi-gong).

En les voyant faire, j’observe qu’ils utilisent leur masse corporelle en tant qu’elle est essentiellement aquatique.

Phénomène de « vases communicants » des masses liquides d’un lieu vers l’autre…. plutôt que l’usage de segments articulaires en tant que segments durs (les segments squelettiques semblent en fait utilisés pour transférer les masses liquides).

L’homme vient de l’océan…

Le son – les vibrations – se propage plus vite dans l’eau que dans l’air ; et encore plus vite dans l’eau salée. (L’eau du corps est saline).

En conséquence, pour transmettre une onde cinétique dans le corps humain, et d’un corps humain vers un autre, ce qui est le plus efficient, ce ne sont pas les os, les segments durs : ce sont les liquides.

Essaie de pratiquer/expérimenter, pour voir, en utilisant tes masses corporelles liquides, et non pas tes segments squelettique en tant que tels.

Pour rappel :  « Le corps d’un être humain adulte contient 60% d’eau, c’est-à-dire environ 42 litres d’eau pour une personne de 70 kg.
La part de l’eau dans le corps diminue avec l’âge : 97% dans un fœtus, 75% chez le nourrisson, 60% chez l’adulte, 55% chez la personne âgée. C’est le cerveau qui contient le plus d’eau avec un taux de 80% ! Nos muscles en contiennent 75% et nos os 30%. »

Il y a même 30% d’eau dans les os…

Ceci remet en question l’usage du corps sur la base du seul squelette ; donc sur la base de la simple notion de coupe et de sabre.
Cette dernière vision, celle du sabre, est fortement estampillée « culture japonaise ».
Le sabre est un artefact, et son usage est historiquement idéalisé dans cette culture.
Ceci ne correspond pas à la réalité de ce que le corps humain propose comme élément dominant : l’eau ; et comme moyen le plus efficient d’action cinétique : les transferts de liquides.

On peut sans doute considérer qu’il faut doser entre la VAGUE et le SABRE.

Par le paradigme de la VAGUE, entendons l’usage des masses liquides du corps, les flux, les ondulations, et toute la dimension vibratoire (ceci expliquerait d’ailleurs aussi pourquoi le kototama était si important au Japon, dans les arts martiaux, les pratiques énergétiques et, initialement, le chamanisme.)

Par le paradigme du SABRE, entendons l’usage des segments squelettiques, des plans, des coupes et des orientations cardinales, etc.

Là où je tiens le paradigme somatique de la vague supérieur à celui du sabre, c’est dans le fait que le sabre ne peut exister sans la vague, sinon à être réduit à une simple mécanique de coupe. En aucun cas la mécanique de la coupe ne peut constituer le fond de l’aïkido, pas même son fond technique martial. La vague et les vibrations des masses liquides sont l’élément moteur au plan cinétique et énergétique (là il faudrait parler des processus complexes du métabolisme, du système cellulaire et hormonal, etc, comme générateur de l’énergie initiale). C’est par elle, la vague, que le sabre peut s’animer, être en quelque sorte « gonflé » d’un potentiel d’action par les vibrations générées au niveau aquatique du corps.
Si j’évoque, comme je l’ai déjà fait, le bio-mécanisme de l’érection masculine, certains vont sourire et en être gêné ; c’est pourtant sérieux. Il ne s’agit pas là du tout d’une hypothèse psychanalytique, mais d’une évidence fonctionnelle biomécanique. Le sabre ne devient vivant que s’il est irrigué/animé par la vibration orientée des masses liquides du corps humain. De même qu’il y a un biomécanisme de pression sanguine pour l’érection, il y a un biomécanisme vibratoire (onde vibratoire dans les liquides du corps) transféré en énergie cinétique (dans les mouvements du squelette).

On pourrait appeler ce dernier mécanisme allant de l’aquatique-vibratoire au cinétique-squelettique un mécanisme bottom-up (dans la mesure où il va du « bas » vers le « haut », ou plus justement ici du « fond mouvant du corps » vers ses structures squelettiques rigides, qui permettent à des techniques proprement dites de s’exprimer  vers l’extérieur. On peut parler aussi d’interne (nei dan qi gong) allant vers l’externe (wei dan qi gong). Ce mécanisme ne doit pas cacher l’existence d’un mécanisme inverse et complémentaire : un mécanisme top-down allant des segments squelettiques vers les masses liquides ; en effet, en bougeant le squelette, on fait bouger les masses liquides. Etudiez la combinaisons des deux.

La question fondamentale et essentielle est alors, et ce quelle que soit la pratique :

Comment faire entrer en vibration les masses liquides de notre corps et comment orienter l’énergie ainsi générée ?

C’est le travail et la fonction du chi-kung, du kikô… et de l’aïkitaïso, qui sont ainsi remotivés énergétiquement au lieu d’être des prétextes à échauffement (avec parfois une petite teinture énergétique, souvent maladroite et mal informée… Il y a d’ailleurs là tout un programme de formation à lancer en aïkido.)

Des pistes :

  • Il existe au moins une maître (parmi d’autres que je ne connais pas) qui fonde sa pratique sur les masses corporelles liquides ; il s’agit de maître Ikeda. Voici une vidéo. Bon courage dans vos recherches, il y a d’autres vidéos de maître Ikeda. Allez, je n’y résiste pas, il y a aussi celle-là, où les coupes de sabres sont parfaitement explicites, intégrées quand il le faut au déplacement/transvasement des masses corporelles « relâchées de l’intérieur ».
  • Un lien, un peu par hasard, où il est question de gong, de bols chantants, de vibrations dans l’eau…
  • Sinon, en allemand ou en anglais, il faut s’informer sur le site d’Alexander Lauterwasser, spécialiste de la diffusion des vibrations dans l’eau…

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to De l’usage des masses liquides

  1. gds dit :

    J’ajoute de façon aveugle deux trois choses, espérant faire avancer la réflexion:
    D’autres ondes traversent le corps : les signaux qui passent par les nerfs (cf cours de SVT de lycée). Ils sont nombreux et ca doit faire une jolie masse de signaux (comprendre ondulation) qui parcours le corps dans tous les sens.
    Un effort (mécanique du solide) ne se transmet pas que par la « poussée », mais aussi par les torsions (cf moment (mécanique)/ cf transformation d’un mouvement rotatif en mouvement rectiligne, problème de base en mécanique).
    L’article me fait penser a une image : prenez un bac, remplissez le d’eau, puis donnez lui une impulsion vers l’avant et observer l’eau se déplacer.
    Petite note perso : serait-ce envisageable de « contaminer l’autre » avec sa « longueur d’onde »? (signaux qui se propagent dans les nerfs qui pourraient parasiter les nerfs de l’autre? Est-ce qu’un nerf crée un champ électro-magnétique? (on peut supposer que oui, cf. magnétothérapie). Dans ce cas la, peut-on mettre en évidence l’action d’un nerf sur un autre sans lien direct? (un peu sur le principe du transformateur en électricité, cf. principe de fonctionnement du transformateur sur wikipedia).

  2. Toujours dans l’idée d’avancer la réflexion:

    « L’idée est née voici un certain nombre d’années lors de l’étude de certaines formes de frappe auprès de TOKITSU Kenji, formes développées dans son ouvrage Méthode des Arts Martiaux à Mains Nues (Éd. Rober Laffont) et où la propagation de la force à l’intérieur du corps de Tori se réalise à la façon de la montée de l’eau dans un puits d’Archimède. Ce puits est un cylindre creux dont l’intérieur est cloisonné en spirale et où la rotation d’une hélice (vis d’Archimède) autour de son axe assure le déplacement du liquide vers le haut. »

    source:http://kwoon.info/forum/viewtopic.php?p=380705&highlight=#380705

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s