Yudansha (école des cadres), vendredi 19 juin 2009

 

Dernière séance de l'année, ce vendredi 19 juin 2009, à Montier-en-Der, au dojo.

Jean-Pierre Lafont nous donne à voir… nous donne à faire… et à réfléchir au processus qui relie l'Assaillant au Neutraliseur.

 

Voici brièvement quelques points qui se sont dégagés pour moi et qui me paraissent essentiels :

<1> L'assaillant est "pris" dans notre technique. La technique que le Neutraliseur exécute pose des "rails" ou pose une "forme" dans laquelle va se couler l'assaillant, sans qu'il ne puisse faire autrement.

<2> Le Neutraliseur n'anticipe pas l'attaque par son mouvement. Il est possible qu'il anticipe certaines choses mentalement, par sa vigilence, mais il ne les anticipe pas par un mouvement du corps (que pourrait d'ailleurs percevoir l'assaillant).

<3> Il faut d'abord couper l'Assaillant. L'aïkido, dont on dit parfois qu'il est "irimi et atémi", demande donc de pénétrer dans la sphère de l'autre pour prendre son centre. La coupe qui débute tout mouvement permet de prendre ce centre. S'agit-il d'une "vraie" coupe ? Ou bien de l'esprit de la coupe ? Autrement dit, plutôt le fait de pénétrer pour prendre le centre… même s'il ne s'agit pas mécaniquement d'une coupe… ?

<4> C'est après la coupe initiale que vient la technique d'aïkido. La technique d'aïkido permet de guider/canaliser l'Assaillant, mais seulement après avoir réalisé la coupe initiale de prise de son centre. Sans cela, la technique d'aïkido ne peut être exécutée.

Chacun de ces 4 points est susceptible de modifier voire de bouleveser notre façon d'envisager la réalisation de nos techniques d'aïkido.

Chronologiquement, le processus est donc :

Attendre l'attaque

–> Couper l'Assaillant pour prendre son centre

–> Réaliser la technique qui canalise l'Assaillant

–> Laisser l'autre être pris dans cette canalisation… qui le neutralise.

On s'en doute, pour que cela fonctionne, il n'y a pas plusieurs temps. Il y a "tuilage" d'un temps sur l'autre ; pour parvenir un jour à ce qu'il y ait fusion de ces temps en une seule action ( = un seul acte de présence au bon moment, au bon endroit et avec la bonne forme ).

Conséquences logiques des points précédents :

Attendre l'attaque : Cela veut-il dire que l'on n'entre pas quand l'Assaillant arme (son shomen par exemple)… ? Attendre jusqu'à quel moment… ? Jusqu'à laisser passer l'attaque ? Ce n'est sûrement pas restrictif à ce point-là.

Couper l'Assaillant : Ce n'est donc pas la technique d'aïkido qui permet d'entrer, ce n'est pas elle qui est "efficace" en premier lieu ; il y a autre chose. Et cette chose c'est le fait de pénétrer par une coupe qui prend le centre. C'est peut-être un peu fustrant de prendre conscience que ce n'est pas la technique d'aïkido qui détient l'efficacité… Au contraire : la technique d'aïkido est tributaire de la qualité de l'entrée (de la qualité de l'irimi-atemi… "atemi" étant à comprendre comme "bonne prise de distance", et non pas comme "percussion", interprétation occidentale.)

La technique canalise l'Assaillant qui y est pris : Qu'est-ce qui fait que l'autre se coule dans la forme technique, ou qu'il s'y "encastre", en quelque sorte ? C'est qu'il ne peut pas faire autrement (s'il peut répondre et assaillir à nouveau, c'est que la technique a été mal effectuée !) Ce n'est donc pas au Neutraliseur de s'adapter à l'assaut de l'Assaillant, à sa forme d'attaque. Autrement dit : une technique d'aïkido n'est pas là pour s'adapter à une forme d'attaque (sacrée surprise !) ; une technique d'aïkido vient canaliser quelqu'un dont le Neutraliser a déjà pris le centre. Mais alors… pourquoi telle technique d'aïkido plutôt qu'une autre… ? En effet, si le centre de l'Assaillant est pris, toutes les techniques (ou presque) deviennent possibles. Alors… à quoi servent les techniques d'aïkido proprement dites, chacune dans sa spécificité, si, à ce stade de la prise du centre de l'Assaillant, n'importe laquelle peut être utilisée ? (J'ai quelques idées…)

 

Denières choses :

> il faut bouger son propre axe (vertébral) pour bouger l'axe de l'autre. On "coupe"avec tout son corps. Ce n'est pas avec les membres supérieurs qu'on bouge l'axe de l'autre. Il faut capturer son axe, décentrer l'Assaillant, un petit peu suffit pour pouvoir engager une technique.

> "couper" ne veut pas nécessairement et seulement dire "couper avec les bras", mais renvoie à l'idée de "couper avec tout son corps". Autrement dit : de faire irimi-atémi avec tout son corps. Comme un "carreau" de pétanque (une boule prend la place exacte de l'autre) ? Et seulement ensuite un technique d'aïkido canalise le corps déstabilisé… Mais quelle technique ?

Je complète (26/06/2009) :

L'idée de prendre la place de l'assaillant ( = l'endroit physique où il se trouve) n'est valable que dans le cas où l'on peut entrer directement en irimi. Lorsqu'il n'est pas possible d'entrer directement en irimi et que l'on doit faire tenkan, on ne prend pas la place de l'autre… mais tout en laissant passer l'attaque on place son axe en un point qui devient le centre de l'action, son axe.

Dans tous les cas, on place son axe au centre de l'action en créant ce centre. Et l'autre se retrouve en périphérie de notre axe. De la position de l'assailli, on se place dans une situation physique qui permet d'être le pivot du mouvement global. Tout en plaçant ce pivot au bon endroit (ma-ai par rapport à l'autre) il faut couper l'assaillant pour le déséquilibrer (légèrement). Cette action globale a un effet de neutralisation (l'assaillant arrive au bout de l'expression de son mouvement ; il est en quelque sorte, à cet instant, "au bout du rouleau" de son geste d'attaque). Ce n'est qu'ensuite qu'intervient la technique d'aïkido : il devient possible de le guider par une technique parce que son attaque a été neutralisée par notre placement initial et par une coupe à l'intérieur de son assaut.

Art de faire de l'autre un satellite ? Rapport Soleil (point central de référence) / Terre (satellite) ?

Peut-être. Mais sans se laisser ensuite entraîner par l'énergie cinétique centrifuge (celle qui rejette à la périphérie). Un bon dosage entre force centrifuge et force centripète (celle qui ramène au centre) est requis (pas facile !). De même qu'un bon dosage entre gravité (du bas du corps) et légèreté (du haut du corps), force descendante et force montante.

Si je ne devais retenir qu'une seule chose, ce serait de ne pas commencer par faire une technique d'aïkido en réponse à une attaque

A la limite, la technique est secondaire. C'est dans doute cela qui est le plus frustrant pour un pratiquant de techniques d'aïkido !

Si l'essentiel de l'aïkido n'est pas dans ses techniques… qu'est-ce qui le différencie d'autres arts martiaux qui tous, quels qu'ils soient, pour être "efficaces", nécessitent de mettre en oeuvre, en premier lieu, les bases du placement du corps dans l'espace, un bon ma-ai, un bon timing (sen no sen = "le temps dans le temps)… ?

Si l'essence de l'aïkido n'est pas dans ses techniques, un pratiquants d'aïkido qui maîtrise l'essence de l'aïkido peut user de n'importe quel technique, qu'elle soit ou non une technique réputée être dans la nomenclature de l'aïkido.

Finalement, il n'y aurait pas de techniques proprement aïkido. Les techniques que la tradition nous propose ne sont peut-être là que pour développer la perception du centre, de l'axe, du ma-ai, du timing, etc. Elles sont là comme outils pédagogiques, comme moyen et "cas" d'apprentissage, comme superstructure, comme échauffaudage pour construire l'édifice intérieur pendant des années. Mais une fois l'édifice intérieur construit, tout fait technique, tout est bon.

Merci pour vos compléments. 

 

PH

 

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s