Le sens de la pratique

A défaut d'un autre titre, c'est celui-ci qui m'est venu spontanément : le sens de la pratique.

Ne devrais-je pas écrire "les" sens de la pratique. Les sens des pratiques ?

Plusieurs pratiques possibles de l'aïkido. Et plusieurs sens à donner à ces pratiques.

N'y a-t-il qu'une seule direction ? Probablement pas.

Qu'a fait Maître Ueshiba en fondant l'aïkido ? Il a fait quelque chose qui était bon pour lui ; puis il l'a proposé aux autres. Mais n'est-ce pas à chacun, avançant dans sa liberté et sa responsabilité (d'abord envers soi-même), de se cultiver et de se construire à l'aide de l' "outil" aïkido proposé par Ueshiba et par ses élèves (nos maîtres actuels) ?

L'aïkido n'est pas une finalité. Il ne s'agit pas de sacrifier son corps, son esprit, sa vie ou que sais-je encore au profit d'un aïkido idéal, le seul qui serait digne d'exister, le seul qui aurait toute légitimité à être, qui aurait droit de cité, les autres formes de pratiques et visions des choses pouvant remballer leus affaires.

Dit autrement : les chapelles, les églises, les dogmes, les ambitions, tout cela mérite qu'on en rigole haut et fort à gorge déployée. Si vous ne donnez pas vos voix aux chapelles, il n'y aura personne pour chanter pour elles !

Toute forme de dogme ou de "pensée unique" veut vous modeler à son profit.

Demandez-vous qui vous êtes vous-mêmes ? Que pouvez-vous devenir ? Que voulez-vous devenir ? Que vous destinez-vous à devenir ? Où est votre autonomie fondamentale, et comment la développer ? Quel est ce chemin unique que vous seul pouvez tracer et qui alors, oui, enrichira telle ou telle école, mais du fait du développement de votre richesse unique, de votre "exception personnelle" ? Ce sont les sentiers personnels qui font les voies. Ensuite les voies fascinent, et les individus les suivent ; mais tant qu'ils les suivent, aucun ne trace son propre chemin. Il faut se faire sa propre voie ; et peut-être recoupera-t-elle une autre voie, peut-être recoupera-t-elle plusieurs voies, mais qu'importe ! Ne devenez pas prisonnier d'une voie, c'est tout.

 

Voulez-vous être un nouveau robot humain, un petit soldat dans une pyramide de distinctions ?

Voulez-vous voir votre figure gravée au fronton d'un temple, dans l'histoire des hommes et dans le torrent des siècles ?

Cherchez-vous une distinction sociale à l'intérieur d'un système, quel qu'il soit ?

Ou bien vous cherchez-vous profondément vous-mêmes, hors de toute forme de reconnaissance, déniant à quoi que ce soit et à quiconque la légitimité de vous dire qui vous êtes ?

Devenir soi-même c'est ne plus être dépendant du regard des autres, des félicitations, des distinctions sociales, etc.

Demandez-vous plutôt ce que la nature pense de vous.

Demandez-vous plutôt si la nature passe en vous.

Demandez-vous plutôt si vous vous sentez plus appartenir de la nature que des hiérarchies sociales et de pouvoir qui vous font miroiter la possibilité d'y occuper – un jour peut-être ! – la place de choix dont vous rêvez.

La nature vous traverse, vous traversez la nature, vous êtes une entité ou une créature temporelle au sein de la nature, qui travaille aussi en votre propre sein. Pas de séparation, pas de vraie distinction.

L'aïkido est un des millers d'outils possibles pour faire ressurgir en vous ce que votre corps-esprit sait profondément et fondamentalement depuis sa constitution.

Il n'y a rien à apprendre : il y a seulement à retrouver.

Vous pourriez le faire tout seul !

Qu'attendez-vous ? Il y a vous, et la nature en vous, et vous dans la nature, tout en un, uni. Vous, qui êtes à vous-mêmes votre seule expérience accessible, que personne ne peut connaître et vivre comme vous la connaissez et la vivez. Vous êtes à vous-mêmes votre propre expérience, unique. Laboratoire spirituel ambulant.

 

Quel est alors le sens de votre pratique ?

Que faites-vous réellement quand vous pratiquez l'aïkido ?

Où est-ce que ça vous mène ?

Où souhaitez vous (secrètement) que cela vous mène ?

Qu'en attendez-vous fondamentalement ?

En attendez-vous quelque chose ?

Voulez-vous vous défendre ? Contre qui ? Pourquoi ?

En attendez-vous une quelconque forme de reconnaissance ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui vous a si cruellement manqué pour que vous attendiez, ici, de la reconnaissance ?

Ne pouvez-vous donc pas vous reconnaître vous-même, tout seul, vous-même reconnaissant à vous-même le droit d'exister, d'être libre, de vous autoconstruire, sans avoir à demander : "Est-ce que c'est bien ?", "Est-ce que j'y suis, maintenant ?"

Vous voulez des bons points et des images ?

Un cadeau ?

Et au final un Ci-gît… ?

 

Bazardez le scolaire et les "il faut" et retrouvez la vie.

 

Autrement dit : retrouvez vous.

 

 

Piste :

Ecole d'aïkido Itsuo Tsuda : http://www.ecole-itsuo-tsuda.org/

Y lire l'intéressant entretien avec Régis Soavi : http://www.ecole-itsuo-tsuda.org/FR/simple_comme_respirer.html

 

 

 

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s