Stage de Jean-Claude Joannès, Saint-Dizier, 26-27 mai 2007

 

Compte-rendu du stage d’aïkido dirigé par Jean-Claude Joannès, Saint-Dizier, Haute-Marne (52100), samedi 26 et dimanche 27 mai 2007, dojo de La Noue.

 

Toujours délicat de produire un compte-rendu technique, sans photo ou film à l’appui….

Il servira donc plutôt d’aide-mémoire à ceux qui étaient présents au stage.

Ce compte-rendu ne peut être que subjectif et partiel et il n’engage que son auteur. Toutes les rectifications d’erreurs sont les bienvenues !

 

A mains nues

Attaque

 : Muna-dori. Réponse : Kaiten nage

Attaque muna-dori avec la main droite.

Juste avant la saisie, tori entre un peu à l’intérieur et évite de sa main droite, sans la dévier, la main qui l’attaque.

Il remplace aussitôt ce guidage par sa main gauche, laquelle se glisse, pouce en bas, sur le poignet de uke, tandis que du tranchant de sa main droite il contrôle la nuque de uke.

Il remonte alors le bras (droit) de uke bras vers l’avant pour le projeter comme en kaiten nage.

(Puis faire le même travail de l’autre côté, bien sûr.)

(Jean-Claude n’a pas donné de nom à ce mouvement, c’est moi qui le qualifie de ce dont il se rapproche le plus : un kaiten nage. " Kaiten " veut dire "roue". Précisons qu’ici la notion de " uchi " ou de " soto " n’a pas lieu d’être, puisqu'on entre face à uké, de manière très irimi. On pourrait donc aussi dire que ce mouvement rentre dans la catégorie générique des irimi, sur la base technique d’un kaite nage.)

 

 

Tanto / mains nues

Ryote dori nikkyo

Tori tient son tanto.

Uke saisit à deux mains le poignet de uke.

Tori aspire un peu puis entre sur le poignet de uke avec le tranchant du tanto pour obtenir un nikkyo.

(Mouvement plus délicat qu’il n’y paraît. Vous allez constater que vous n’arrivez pas à entrer avec la lame, mais que vous voulez placer tout votre main/tranchant-de-main (te katana) sur le poignet de uke, voire par au-dessus. Cela reste possible. Toutefois, cherchez à ne placer que la lame et parvenez à faire nikkyo avec la lame. Pour cela, il faut qu’il y ait une continuité articulaire du geste y compris au niveau de votre poignée et de vos doigts. Gardez contact entre votre poignée et dos de main, avec le poignet de uke quand vous faites ce mouvement, ainsi uke sera suffisamment mobilisé/placé pour que vous puissiez parvenir à faire nikkyo avec votre lame de Tanto. On peut se demander toutefois " pourquoi faire absolument nikkyo avec la lame du tanto… ? ". Eh bien vous posez la question à Jean-Claude Joannès la prochaine vois que vous le verrez ; je n’ai pas la réponse.)

 

 

Jo / mains nues

 

Entrée Ikkyo converti en koshi nagé (1ère forme)

Tori tient son jo en chudan no kamae.

Uke le saisit à deux mains.

Aspirer et monter comme pour un ikkyo.

Mais le ikkyo ne passe pas (c’est le cas de figure étudié, justement).

Entrer alors en koshi-nage en passant un bras autour de la taille de uke et en conservant le jo dans l'autre main.

Entrée Ikkyo converti en koshi nagé (2ème forme)

Tori tient son jo en chudan no kamae.

Uke le saisit à deux mains.

Aspirer et monter comme pour un ikkyo.

Mais le ikkyo ne passe pas (c’est le cas de figure étudié, justement).

Entrer alors en koshi-nage en attrapant la manche de uke sous son coude.

Observation : Jean-Claude ne tend pas le bras dont la main saisit la manche de uke. Au contraire, il casse son propre coude, ce dernier se trouvant alors au niveau du menton ou du cou de uke. En pliant ainsi le coude, il semble plus facile de se placer à l'intérieur de la situation et de se placer en position "koshi". Ne pas oublier de déséquilibrer uke vers notre hanche, pour une bascule/rotation autour de celle-ci (il est toujours possible de "porter" et de projeter, un peu comme au judo ; mais le sens du koshi-nage de l'aïkido est, autant que faire se peut, de faire basculer uke autour de notre hanche, puis de retirer cette hanche dès qu'il est passé de l'autre côté.)

Entrée Ikkyo converti en… (shi-o-nage ? kaiten nage ?)… avec fin en tsuki !

Tori tient son jo en chudan no kamae.

Uke le saisit à deux mains.

Aspirer et monter comme pour un ikkyo.

Mais le ikkyo ne passe pas (c’est le cas de figure étudié, justement).

Tori convertit alors son ikkyo en passant devant uke, entre uke et le jo.

Dans ce passage, il inverse le position de sa main haute (qui est sur le jo). Il tourne les hanche à 180°, et abaisse le jo en changeant la position de sa main arrière sur le jo. La partie arrière du jo passe vers l’avant (comme une sorte de… shomen bas ! ou un kaiten plutôt). Uke se retrouve en bas (mais non encore au sol). Tori tient donc maintenant son jo comme dans une position normale de chudan no kamae, et il contrôle aussi la nuque de uke. Tori entre alors comme pour un chudan tsuki… et uke roule en mae ukemi.

Shi-o-nage (1ère forme d’entrée)

Tori tient le jo. Uke le saisit à deux mains. Entrée en shi-o-nage.

Attention : pour que l’entrée puisse se faire efficacement, le placement est important. Tori doit donc garder le jo contre sa hanche, puis faire un quart de tour (par rapport à l’axe initial du jo) en poussant le jo avec sa hanche. Ensuite il pourra entrer en shi-o-nage classique (omote).

Shi-o-nage (2ème forme d’entrée)

Uke attaque (en chudan tsuki ou bien en shomen, au choix). Tori entre sur l’intérieur, pose ses deux mains, pouces en bas, sur le jo (une main entre les deux mains de uke, l’autre main tout contre la main avant de uke).

Tori fait un demi-pas glissé vers l’avant pour place son axe vertébral (verticalité-pivot) au centre de la situation. Puis rotation sur lui-même de 180°. Il rabat en même temps le jo de uke sur son propre côté (à lui, tori). Il peut alors entrer en shio-nage.

Au final, il peut inverser son jo (l’arrière passe à l’avant) pour ce faisant contrôler encore uke (niveau nuque).

 

 

Jo / ken

Shi-o-nage

Uke, armé du jo, attaque en jodan tsuki.

Tori, armé du ken, absorbe cette attaque en reculant jambe droite et en parant à gauche (c’est-à-dire qu’il se pose, pour le contrôler, contre le côté droit du jo qui l’attaque.)

Tori coupe en pesant pour repousser le jo vers le bas.

Uke laisse passer son jo derrière lui et réattaque en shomen.

Tori laisse passer son ken derrière lui par la gauche… puis avance jambe droite diagonale (15°) pour pouvoir trancher uke. Bien qu’il entre en shomen, il laisse son ken se poser sur le cou, la poitrine et le poignet de uke. Il contrôle le jo à l’intérieur avec sa main gauche.

A partir de là, il s’engage par demi-pas glissé pour bien placer son axe vertébral au centre de la situation, il fait tai-no-henka (rotation de 180° sur lui-même), puis il s’engage, en poussant les armes vers le haut, pour faire shio-nage, comme on sait le faire !

Kokyu nage

Même échange que l’exercice précédent, ou presque, à cette différence que uke réattaque encore une fois en shomen. Tori doit ressortir sur la gauche, avec son pied gauche en avant, et fait shomen, en appliquant son ken comme expliqué. Puis de sa main gauche il saisit le jo à l’intérieur des mains de uke et le projette en mae ukemi en s’engageant en diagonal dans son centre.

 

 

Ken / ken

On peut faire le même travail que dans les exercices précédents (jo / ken), mais le ken ne sera pas saisi par tori entre les mains de uke de la même manière. On le prendra non pas à l’intérieur par devant, mais à l’intérieur des mains de uké en passant par dessus son poignet !

Bienheureux ceux qui comprennent avec ces explications, et plus encore s’ils n’étaient pas là !

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s