Stage d’aïkido de Malcom Tiki Shewan, Reims, samedi 24 Mars 2007

 

Ce stage, animé par Malcom Tiki Shewan, 6ème dan d'aïkido et également expert en iaïdo, a été également supervisé par Dominique Pierre, 5ème dan d'aïkido (également expert en iaïdo, et karaté).

 

Résumé technique

Sur demande, trois techniques ont été surtout pratiquées : nikkyo, hiji kime osae et kote gaeshi.

La particularité du travail et qu'elles l'ont été aussi bien à mains nues, qu'au ken, au jo et au tanto.

La réalisation de chacune de ces techniques avec chaque armes exige une précision technique qu'il est impossible d'improviser, ni même souvent de déduire simplement de la forme à mains nues.

Tiki a souligné que l'important, pour lui, c'était les jambes, le placement du bas du corps. Un bon placement permettant de capter l'attaque de uke dans un déséquilibre.

Ce déséquilibre est léger, il ne doit pas donner lieu à une contre-réaction de uke. Il s'agit simplement de décaler son attaque hors de la ligne d'attaque, à peine de quelques degrés, et de solidariser avec notre propre centre le point ainsi externalisé . Ensuite, la technique la plus adaptée dépend de nombreux paramètres : on se trouve dans une zone de choix, une zone neutralisée, une zone plaque-tournante d'où il est possible d'engager la technique d'aïkido elle-même.

Tiki rappelle qu'il y a bien deux temps : dans premier on accepte l'attaque qu'on absorbe légèrement pour créer un petit déséquilibre. La technique d'aïkido elle-même ne vient que dans un second temps. Il ne faut pas mélanger ces deux temps en commençant, mentalement et physiquement, à engager dès l'attaque la technique (un kote gaeshi, par exemple). Il ne faut même pas se préoccuper de la technique qui va être réalisée ; il convient que sei chu sen (l'alignement vertical du corps) soit bon et d'être présent pour le placement (irimi, souvent "petit" tenkan de 90%))

Il y a donc là un travail de simplicité mentale à mettre en oeuvre dans les dojo : ne pas travailler la technique, car elle a tendance à faire oublier le placement préliminaire. Sans petit déséquilibre de uke, un déséquilibre qui ne provoque pas chez lui de contre-réaction volontaire, ni même de réflexe de rééquilibration, il est impossible d'engager une quelconque technique.

 

Tiki rappelle que tout irimi/tenkan est composé de trois phases bien précises :

1- san kaku irimi (irimi en triangle, pour prendre une diagonale d'un maximum de 45% par rapport à l'attaque de uke)

2- une rotation du bas du corps (mawari hashi + mawari koshi) à 180 degrés, qui entraîne nécessairement une rotation du buste

3- le recul du pied, pour le tenkan proprement dit.

Si ces trois phases ne sont pas proprement inscrites dans le mouvement, dans le corps, le irimi/tenkan ne peut être bon.

 

Un autre travail a consisté à travailler non pas à partir de nos extrémités (mains, avant bras…), mais avec le centre de notre corps pour guider uke. D'où l'importance de la sensation interne du sei chu sen.

Pour donner une image, je dirais qu'il faut utiliser notre colonne vertébrale, les muscles profonds et non pas les muscles superficiels, pour guider uke.

 

Un travail spécifique a été mené pour le contrôle du bras de uke sur hiji kime oase.

Kote gaeshi sur une attaque jo ne peut se faire sur la main, mais en guidant le jo à partir de son extrémité (bras de levier possible, alors qu'en contrôlant la main, uke peut facilement résister).

Sur l'attaque au ken, nikkyo se fait sur la main arrière (donc gauche) de uke, en entrant sur l'intérieur. On peut enchaîner sankyo sur cette même entrée.

 

La pédagogie très spontanée de Malcom Tiki Shewan lui fait alterner travail technique et anecdotes personnelles. Le rire n'est pas absent… et raffraîchit l'esprit pour mieux intégrer la suite du travail technique.

Merci aussi à Dominique Pierre dont la présence réguilère aux stages de Tiki Shewan les rend encore plus riches. Il est possible de travailler avec cet expert en toute simplicité, sa générosité technique est égale à sa disponibilité humaine.

 

Les annonces de stages suivants étaient disponibles lors du stage :

 

11ème stage Aïkido – Aïkiken, La Claquette, 2007, dans les Vosges. Du samedi 28 avril au ludni 20 avril (9h-12h et 15h -17h30)+ mardi 1er mai ( (9h-12h)

Tarifs : stage complet 85 Euro. Repas 12 Euro
Hébergement : la nuit avec petit déjeuner : 20 Euro. Renseignements au : 03.88.97.06.08

Renseignements pour le stage :

Dominique PIERRE : 06.26.49.96.41  dominique.pierre@free.fr

Michel CHAURAND : 06.14.27.45.24   michel.chaurand@free.fr

 

*

 

10ème stage d'été dans les Vosges à Saulxure sur Moselotte, du 30 juin au 7 juillet 2007 : Aïkido, Aïkiken, iaïdo, taïji quan. Lieu du stage : Gymnase Municipal (derrière l'église) 88290 Saulxures sur Moselotte. Techniciens du stage : Tiki Shewan, René Trognon, Jean-Marc Chamot, Dominique Pierre, Benoît Lepeltier, Philippe Delage.

Renseignements supplémentaires : domivent@aol.com

Sites à visiter à ce sujet :

www.aikido-lorraine.org

www.wangxian.com

http://aikido.asnieres.free.fr

www.relais.basinroche.com

 

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

About Philibert de Strasbourg

Originaire de Strasbourg, mon prénom est un pseudonyme paraphonique directement inspiré de mon prénom et de mon nom réels. J'aime le son des cathédrales et le souffle des pages lues.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s